Les Transports en commun réduits et les difficultés de respect des conditions sanitaires rendent illusoire un vrai retour au travail à partir du 11 mai. Comment les entreprises peuvent-elles s’organiser dans ces conditions ?

#Covid19 , #Teletravail , #déconfinement , #RSE , #port du masque , #transport en commun , #eviter transports , #reduction trajets domicile-travail , #risques sanitaires , #travailler pres de chez soi , #QVT , #bilan carbone , #confinement

Trains, métros et tramways ne rouleront pas à 100% le 11 mai.

Le retour à la normale après le 11 mai sera progressif. Selon France Info, entre 50 et 60% des trains, surtout ceux du quotidien, pourraient circuler fin mai ou début juin.

70% du trafic RER et Metro en IDF est annoncé mais selon la présidente de la RATP Catherine Guillouard, si on demande aux passagers de maintenir 1,50 mètre de distance entre eux dans les rames de métro et bus parisiens, seuls deux millions de personnes seraient transportées par jour (contre 8 millions habituellement).

À Bordeaux, les tramways pourraient s’arrêter plus longtemps dans les grandes stations afin de canaliser les flux de montée et de descente. À Strasbourg, un siège sur deux devrait être condamné. (Source Journal du dimanche 26 avril)

Les salariés seront tentés de prendre massivement leur voiture pour éviter les risques de contamination dans les transports en commun (même avec un masque obligatoire) : se profilent des embouteillages monstres, malgré un lissage possible des horaires de travail.

Les pistes cyclables sont largement promues et étendues provisoirement dans les Métropoles comme le moyen idéal de se déplacer sur cette période : c’est un peu oublier que les distances trajets domicile travail sont souvent bien longues et que tout le monde ne dispose pas de vélos. Et puis y aurait-il assez de vélos mis à disposition ? On peut craindre qu’il n’y en ait pas autant que de masques ?!!


La prolongation du télétravail, opportune dans un contexte de déconfinement progressif, ne facilite pas pour autant une reprise efficace et rapide pour beaucoup d’entreprises ; et malheureusement exposer ses salariés aux risques de contamination dans les transports ou aux longues heures passées dans leur voiture, ne paraît en rien être raisonnable ;

Enfin, déconfinement progressif pour certains, et continuité de la mobilisation pour d’autres dans les secteurs de la santé, de la distribution et d’autres dits essentiels. Ceux là, déjà largement exposés devront continuer à l’être dans un contexte d’accroissement des risques notamment dans les transports.

Toutes ces dernières années chez JobiLX, nous avons plaidé pour le caractère hautement utile et social dans les entreprises multi-sites, d’une démarche volontariste de rapprochement du lieu de travail du domicile des salariés : autant pour répondre à des objectifs de sécurité, de QVT que de contribution positive au bilan carbone.

Nous avons milité pour favoriser un objectif d’évitement des trajets facilement atteignable (et moins couteux que les solutions alternatives de transport), et ce en grand nombre de cas, selon nos expériences : nouvelle affectation, permutation d’emploi.

Notre logiciel permet en quelques clics de faire des simulations, de prendre des décisions et de pouvoir implémenter ensuite ces solutions rapidement

La crise sanitaire redistribue les cartes des priorités stratégiques dans tous les domaines d’activité, elle remet en perspective sans doute aussi la nécessité de replacer l’humain au centre des décisions. C’est notre credo chez JobiLX.

Chefs d’entreprise, Responsable des Ressources Humaines, préparez tout de suite les semaines et les mois qui suivront le déconfinement du 11 mai ;

Limitez l’usage de la voiture et des transports, réduisez les trajets domicile-travail, en affectant vos collaborateurs sur le site le plus proche de leur domicile. Préservez-les, assurez-vous de leur mobilisation en leur proposant un cadre de travail adapté à leur confort et leur sécurité.