Le wellness et les happy-chief-officers ne font pas recette avec des mesures trop "alibis" selon les employés....

#mobilité de l'emploi , #limitation des risques psychosociaux , #RSE , #emploi , #echange d'emploi

Une étude américaine démontre l’inefficacité des “wellness programs”, ces programmes destinés à améliorer le bien-être au travail et diminuer l’absentéisme. 

(source www.service-sens.com)

"Les politiques menées en faveur du bien-être au travail, qui se multiplient un peu partout dans nos entreprises, ne seraient-elles finalement que de la poudre aux yeux ? Une récente étude américaine du très sérieux National Bureau of Economic Research (NBER) révèle en tout cas leur inefficacité à lutter contre l’absentéisme et améliorer la santé des employés......

Chaque année, les arrêts maladie coûtent à l’économie américaine la coquette somme de 225 milliards de dollars. En France, le coût du mal-être au travail est estimé à 12.600 euros par salarié dans le secteur privé, d’après une étude du cabinet Mozart Consulting publiée l’année dernière. Pas étonnant que de nombreuses entreprises aient décidé de se retrousser les manches et de mener des actions de prévention pour limiter ce manque à gagner, améliorer la productivité et le bien-être de leurs salariés.

Les “wellness programs” – mélange de cours de nutrition, de yoga, ou encore d’accompagnement à l’arrêt du tabac – font d’ailleurs florès aux Etats-Unis au point de représenter un marché annuel de 8 milliards de dollars pour environ 50 millions de travailleurs. Ces programmes sont généralement proposés par les mutuelles avec des effets incitatifs (réductions, système de bonus fidélité…). Mais quid de leur efficacité?"